Très grande

Bonjour à toutes et merci à vous de me lire... Aujourd'hui, je voudrais vous faire partager un moment magique...

Comme chaque fin de journée, la promenade avec mes loulous, qui nous emmèneIMGP1756

IMGP1789

en direction les champs et de la forêt. Mais auparavant, et je ne sais pourquoi (vu que cela fait des mois que je ne le prends plus avec moi), j'ai décidé dans un premier temps d'emporter mes jumelles et j'ai finalement opté pour mon APN. J'avais une intuition, c'est sûr !

(Vous avez vu mon Végas comme il a encore la forme ? Ils se sont peut-être trompés...)

Voici l'un des décors dans lequel nous allons batifoler une petite heure, du moins les loulous. Rien d'exeptionnel, les champs cultivés ou pas et l'orée du bois comme dans toutes les campagnes.

2015-07-029

Mais à gauche de ce que vous voyez, il y a un petit chemin que j'ai découvert il y a peu de temps. Il emmène dans un paradis de verdure (du trèfle!), protégé de la sécheresse et des vents.

Un lieu clos et silencieux, presqu'un autre monde...

2015-07-030

Ce tapis de  trèfle est si beau qu'il n'est pas question pour moi de le fouler, j'emprunte alors les petits sentiers d'herbe des abords et je remonte ce champ lentement, en silence..!

IMGP1738

IMGP1743

Je me promène très lentement sans aucun bruit alors que Les cockers eux, courent à droite à gauche, s'arrêtent, repartent , reviennent vers moi,

IMGP1741

IMGP1786

mais je ne les vois plus ni ne les entends car...

IMGP1792

Au bout de ce champs, une petite bosse rousse se dessine,puis deux... Je le savais, j'en était certaine. Bien sûr il n'est pas rare de croiser renard, lièvre  ou chevreuil 'au cours de nos  ballades. Mais ce que je vais vivre dans le quart d'heure qui suit, je ne m'y attendais pas.

IMGP1866

A la vue de ces deux bosses, je ralentis encore sur cette herbe qui étouffe le bruit de mes pas , en sachant que le jeu de Jacques a dit allait commencer ! Au premier qui lève la tête,  on ne respire plus (ou si peu) et on ne bouge plus un orteil. 

Et là, le temps s'arrête... Une magnifique tête apparait, puis deux, et trois et quelques secondes plus tard la quatrième se fait voir. Je me rapporche très très  lentement, pas par pas, en relevant très doucement l'apn vers mes yeux... Ils m'ont vue, ils m'ont sentie, ils ont vu les chiens et ils n'ont pas bougé... Je n'irai guère plus loin, j'estime qu'ils m'ont déjà  permis d'avancer très près...

IMGP1923

IMGP1870

IMGP1858

IMGP1918

IMGP1896

Inquiets, puis non, puis si, ils broutent, lèvent leur tête en ma direction, font quelques pas à droite vers le bois, reviennent, s'arrêtent, re-broutent et ce tableau vivant en dehors du temps a duré un quart d'heure, et 280 photos. Pourtant j'ai eu l'impression d'être restée parmi eux pendant une bonne demie-heure, mais l'horloge de l'APN ne trompe pas...

IMGP1839

Regardez à droite au fond, une petite tête...

IMGP1845

La quatrième est partie plus rapidement que les autres...

IMGP1921

Je n'y croyais pas, j'étais debout devant eux, immobilie avec le seul bruit de l'apn sans même un chant d'oiseau (du moins je crois), à attraper des crampes, avec deux cockers sur mes talons... et pas un brin de vent contre moi pour masquer mon odeur, rien.

Peu perturbés, j'ai même souhaité qu'ils finissent par fuir (à cause des crampes) mais nenni ! Finalement ils sont entrés tout doucement dans le bois toujours en broutant...

IMGP1924

J'ai décidé de stopper là ce rêve réel et j'ai rebroussé chemin. J'aurais pu encore aller plus loin dans leur direction, mais je les aurais fait fuir et je n'aurais jamais pu profiter de ce spectable. En redescendant ce champs, je me suis retournée instinctivement, un des quatre ressortait déjà du bois...

Je me suis couchée avec des étoiles dans les yeux et des images plein la tête, je me suis sentie tellement privilégiée d'avoir partagé  un instant de leur existence dans cette autredimension ... Vous êtes certaines que les forets magiques et les petits lutins n'existent pas ? Je n'en suis plus si sûre...

Malheureusement, je ne possède pas la prose et la poésie de Louflo ma voisine de département qui vous aurait  véritablement emmenées au Pays des Merveilles...

Je n'ai que Lamartine pour vous consoler...

  Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
            Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
            Des plus beaux de nos jours !

Bonnes vacances à toutes !